KARATE GRENOBLE HOCHE

& SELF DEFENSE

Les Kata du Shito-Ryu

Le mot Kata, traduit littéralement, signifie forme. En karaté, on le traduit par forme fondamentale ou conventionnelle.

L’école Shito Ryu est aujourd’hui celle qui compte le nombre de kata le plus élevé sur les 5 principales écoles de karaté: Wado-ryu, Shorin-ryu, Shotokan, Gojo-ryu, Shito-ryu.

Ce nombre est surprenant, surtout si l’on se rapproche de la démarche de Kanbun Uechi qui, presque à la même période a fondé l’école Uechi Ryu avec seulement trois kata : Sanchin, Sesan, Sanseryu. Aucune autre école, n’enseigne un aussi grand nombre de kata, c’est le registre du savoir technique constitué par la recherche personnelle de Kenwa Mabuni.

Son travail est d’autant plus remarquable qu’il a reccueilli des katas de différentes origines à une époque où l’attitude dominante des adeptes était d’approfondir quelque kata seulement. A cette époque à Okinawa la plupart des adeptes considéraient que la conaissance d’un nombre important de kata n’était pas compatible avec la recherche en profondeur d’un kata.

Certains maîtres méprisaient ostensiblement ceux qui désiraient connaître en un temps limité plusieurs kata. Il a fallu à Kenwa Mabuni, non seulement l’avantage que lui conférait sa situation de policier local, mais surtout une passion pour sa recherche.

Kenwa Mabuni, Maître Fondateur

Il est primordial de ne jamais oublier qu’un Kata n’est pas un simple exercice de style. Il représente un combat dans ce qu’il y a de plus pur et de plus extrême et à ce titre, il posséde, comme ce dernier, un rythme propre. Ce n’est ni une course de vitesse ni un travail en lenteur. L’expression « VIVRE SON KATA » traduit mieux que toute autre cette capacité que doit posséder l’élève, de contrôler tous les paramètres de son exécution, de telle sorte que les gens ressentent cette impression de combat au travers de la démonstration qui lui est faite.

L’intérêt pédagogique d’un kata de base (Shihozuki No Kata ou Juni no Kata en Shito ryu, à ne pas confondre avec le Chito Ryu créé par Chitose sensei) ainsi que des Pinan « Heian » réside dans la découverte et la maîtrise au niveau technique des déplacements et des postures de base.

De plus, lors de l’exécution d’un kata de base ou Pinan « Heian » ainsi que lors de l’exécution des katas supérieurs, l’accent sera mit sur :

  • La présentation
  • Le cérémonial et l’étiquette
  • La fluidité
  • Le rythme
  • Le regard
  • La stabilité
  • La coordination
  • Les déplacements
  • La respiration et le Kiaï
  • La précision
  • Le respect des techniques et du diagramme original du Kata
  • La puissance
  • La vitesse
  • La détermination
  • Le timing

Kenwa Mabuni, fondateur du Shito-ryu.