KARATE GRENOBLE HOCHE

& SELF DEFENSE

Le code moral

Le karaté do est un Budo. Il s’agit en effet d’une discipline guerrière du corps et de l’esprit où l’efficacité ne peut être atteinte que par ‘association étroite des deux. Le préfixe « bu » signifie, en japonais, l’ensemble des techniques martiales et le suffixe v »do » désigne la voie, celle qui mène à la maîtrise de soi par le travail conjoint du corps et de l’esprit.

BUSHIDO

Le code moral est un condensé du BUSHIDO (la voie du guerrier), code d’honneur et de morale traditionnelle qui régit « ensemble des arts martiaux. C’est le respect formel du code moral que l’on s’est choisi.

Il faut savoir que chaque pratiquant qui atteint le niveau de ceinture noire 1er dan devient l’ambassadeur du bushido , code d’honneur et de morale traditionnelle qui régit l’ensemble du budo.

Neuf vertus fondamentales régissent ce code moral :

Les 9 vertus fondamentales du code moral :

L’ HONNEUR : MEIYO

L’honneur conditionne notre attitude et manière d’être vis à vis des autres. C’est la qualité essentielle. Nul ne peut se prétendre Budoka (guerrier au sens noble du terme) s’il n’a pas une conduite honorable. Du sens de l’honneur découlent toutes les autres vertus. Il exige le respect du code moral et la poursuite d’un idéal, de manière à toujours avoir un comportement digne et respectable.

LA FIDÉLITÉ : CHUJITSU

Il n’y a pas d’honneur sans fidélité et loyauté à l’égard de certains idéaux et de ceux qui les partagent. La fidélité symbolise la nécessité incontournable de tenir ses promesses et remplir ses engagements. La fidélité nécessite la sincérité dans les paroles et dans les actes.

LA SINCÉRITÉ : SEIJITSU

Lors du salut du karatéka, vous exprimez cette sincérité. Le mensonge et l’équivoque engendrent la suspicion qui est la source de toutes les désunions. Dans les Arts Martiaux, le salut est l’expression de cette sincérité, c’est le signe de celui qui ne déguise ni ses sentiments, ni ses pensées, de celui qui sait être authentique.

LE COURAGE : YUUKAN

La force d’âme qui fait braver le danger et la souffrance s’appelle le courage. Ce courage qui nous pousse à faire respecter, en toutes circonstances, ce qui nous paraît juste, et qui nous permet, malgré nos peurs et nos craintes, d’affronter toutes les épreuves. La bravoure, l’ardeur et surtout la volonté sont les supports de ce courage.

LA BONTÉ et LA BIENVEILLANCE : SHINSETSU

La bonté et la bienveillance sont des marques de courage qui dénotent une haute humanité. Elles nous poussent à l’entraide, à être attentif à notre prochain et à notre environnement, à être respectueux de la vie.

LA MODESTIE et L’ HUMILITÉ : KEN

Si le budoka devient l’ambassadeur du code moral, il se doit de rester humble et ne pas flatter son ego. L’orgueil et la vanité freinent considérablement l’apprentissage de ce code moral. La bonté et la bienveillance ne peuvent s’exprimer sincèrement sans modération dans l’appréciation de soi-même. Savoir être humble, exempt d’orgueil et de vanité, sans faux-semblant est le seul garant de la modestie.

LA DROITURE : TADASHI

C’est suivre la ligne du devoir, sans jamais s’en écarter. Loyauté, honnêteté et sincérité sont les piliers de cette droiture. Elles nous permettent de prendre sans aucune faiblesse une décision juste et raisonnable. La droiture engendre le respect à l’égard des autres et de la part des autres. La politesse et l’expression de ce respect dû à autrui.

LE RESPECT : SONCHOO

La droiture engendre le respect à l’égard des autres et de la part des autres. Respecter le sacré est le premier devoir d’un budoka. Quelles que soient ses qualités, ses faiblesses ou sa position sociale. Savoir traiter les personnes et les choses avec déférence et respecter le sacré est le premier devoir d’un Budoka car cela permet d’éviter de nombreuses querelles et conflits.

LE CONTRÔLE DE SOI : SEIGYO

Cela doit être la qualité essentielle de toute ceinture noire. Il représente la possibilité de maîtriser nos sentiments, nos pulsions et de contrôler notre instinct. C’est l’un des principaux objectifs de la pratique des Arts Martiaux car, il conditionne toute notre efficacité. Le code d’honneur et de la morale traditionnelle enseignée dans les disciplines du Bushido est basé sur l’acquisition de cette maîtrise. Il représente la faculté de toute ceinture noire à maîtriser n’importe quelle situation et maîtriser son instinct. Une grande partie de l’apprentissage du karaté est basé sur cette vertu. Elle conditionne notre efficacité »

Le serment du Samouraï

Le serment du Samouraï

« Je n’ai pas de parents, je fais des cieux et de la terre mes parents.
Je n’ai pas de demeure, je fais de Tan t’ien ma demeure.
Je n’ai pas de pouvoir divin, je fais de mon honnêteté mon pouvoir divin.
Je n’ai pas de fortune, je fais de ma docilité ma richesse.
Je n’ai pas de pouvoir magique, je fais de ma personnalité mon pouvoir magique.
Je n’ai ni de vie ni de mort, ma vie et ma mort ne font qu’un.
Je n’ai pas de corps, je fais de mon stoïcisme mon corps.
Je n’ai pas de Yeux, je fais du flash de l’éclair mes yeux.
Je n’ai pas d’oreilles, je fais de ma sensibilité mes oreilles.
Je n’ai pas de membres, je fais de ma promptitude mes membres.
Je n’ai pas de lois, je fais de mon autodéfense ma loi.
Je n’ai pas de stratégie, je fais du droit de tuer celui de protéger ma stratégie.
Je n’ai pas de dessein, je fais de la saisie instinctive de l’opportunité mon dessein.
Je n’ai fais pas de miracle, je fais du respect de la loi mon miracle.
Je n’ai pas de principes, je fais de mon adaptation en toutes circonstances mon principe.
Je n’ai pas de tactique, je fais de la vacuité et de la plénitude ma tactique.
Je n’ai pas de talents, je fais de mon esprit prêt à réagir mon talent.
Je n’ai pas d’amis, je fais de mon esprit mon ami.
Je n’ai pas d’ennemis, je fais de l’imprudence mon esprit.
Je n’ai pas d’armure, je fais de ma bienveillance mon armure.
Je n’ai pas de château, je fais de mon esprit inébranlable mon château.
Je n’ai pas d’épée, je fais de mon non-être mon épée. »

 

« Bushido signifie la volonté déterminée de mourir. Quand tu te retrouveras au carrefour des voies et que tu devras choisir la route, n’hésite pas : choisis la voie de la mort. Ne pose pour cela aucune raison particulière et que ton esprit soit ferme et prêt. Quelqu’un pourra dire que si tu meurs sans avoir atteint aucun objectif, ta mort n’aura pas de sens : ce sera comme la mort d’un chien. Mais quand tu te trouves au carrefour, tu ne dois pas penser a atteindre un objectif : ce n’est pas le moment de faire des plans. Tous préfèrent la vie à la mort et si nous nous raisonnons ou si nous faisons des projets nous choisirons la route de la vie. Mais si tu manques le but et si tu restes en vie, en réalité tu seras un couard. Ceci est une considération importante. Si tu meurs sans atteindre un objectif, ta mort pourra être la mort d’un chien, la mort de la folie, mais il n’y aura aucune tache sur ton honneur. Dans le Bushido, l’honneur vient en premier. Par conséquent, que l’idée de la mort soit imprimée dans ton esprit chaque matin et chaque soir. Quand ta détermination de mourir en quelque moment que ce soit aura trouvé une demeure stable dans ton âme, tu auras atteint le sommet de l’instruction du bushido ».